Coupe du monde FIFA 2026: Trump pourrait nuire à la candidature des États-Unis

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, a avisé ce jeudi le gouvernement des États-unis que pour être hôte de la Coupe du monde FIFA en 2026, le pays doit permettre l’entrée sans restriction aux joueurs, officiels et spectateurs de tous les pays.

L’avertissement vient après un nouveau décret du président Donald Trump, qui interdit l’octroi de visas aux citoyens de six pays et suspend temporairement le programme des réfugiés, ce qui affecte les citoyens de l’Iran, la Syrie, la Somalie, le Soudan, le Yémen et la Libye.

Bien qu’il reste neuf ans pour cet événement, la FIFA estime que les candidatures doivent être soumises à partir de l’année prochaine et que la décision sera prise en 2020.

 

 

[aesop_quote type=”block” background=”#282828″ text=”#ffffff” align=”left” size=”1″ quote=”De toute évidence, comme tout autre événement de la FIFA, toute équipe – y compris les partisans et les responsables de cette équipe – qui se qualifie pour la Coupe du monde FIFA, doit avoir accès au pays hôte, sinon pas de Coupe du monde” cite=”- Gianni Infantino” parallax=”off” direction=”left” revealfx=”inplace”]

“M. Trump est le président des États-Unis d’Amérique, et en ce sens, je lui dois le plus grand respect pour sa position”, a déclaré Infantino après une série de réunions de la FIFA à Londres. Il est responsable, en collaboration avec son équipe, de prendre les meilleures décisions pour son pays. Voilà pourquoi il a été choisi.”

FIFA a récemment dû faire face à un problème découlant de la décision d’un pays de restreindre l’octroi de visas. En effet, le Congrès de la FIFA en mai 2017 a été déplacé de Kuala Lumpur au Bahreïn, car la Malaisie refuse de donner des visas à certains délégués, dont ceux provenant d’Israël.

Les États-Unis envisagent de déposer une candidature conjointe avec le Mexique et le Canada. Un obstacle possible à cette initiative est l’engagement de Trump de construire un mur le long de la frontière avec le Mexique et forcer le Mexique à payer pour cela, ce qui a provoqué des tensions entre les deux pays voisins.

Articles similaires